De la révolution

CHF 17.40

Arendt, Hannah

Catégorie :

Description

Étudiant les deux révolutions, Arendt pose la radicale nouveauté de la française comparée à l’américaine : si l’une et l’autre se fondent sur la reconnaissance des droits de l’homme, la conception américaine conduit seulement à affirmer la validité universelle des principes du gouvernement limité et à en étendre le bénéfice à tous les Américains ; pour leur part, les Français font des droits de l’homme et du citoyen la véritable fondation de tout gouvernement légitime : «Si la Révolution américaine ne proclame en fait rien de plus que la nécessité pour toute l’humanité d’un gouvernement civilisé, la Révolution française proclame l’existence de droits indépendants du corps politique et extérieurs à lui.» 1789 puis 1793 ouvraient, au nom de ces droits antérieurs à toute formation politique, une demande indéfinie d’égalité et de protection sociale qui inaugurait un siècle d’instabilité constitutionnelle. La reprise des thèses d’Arendt, notamment par le renouveau d’une historiographie de 1789 qui privilégie désormais une lecture prioritairement politique plutôt qu’économique ou sociale, ne saurait toutefois faire oublier la dernière partie du livre. C’est un superbe éloge de l’autre tradition révolutionnaire occultée, celle de l’auto-organisation des gens pour s’emparer de l’action politique et ne plus la déléguer à l’oligarchie des partis – de la Commune de Paris aux conseils ouvriers de la Révolution hongroise de 1956.