La femme unidimensionnelle

CHF 19.00

Power, Nina

Catégorie :

Description

A mi-chemin du pamphlet et du texte théorique, cet ouvrage pourfend les dévoiements dont le féminisme a fait l’objet. Comment le féminisme, jadis pratique utopique et révolutionnaire, a-t-il pu devenir un discours hégémonique parfaitement adapté aux exigences du marché ? Comment ses ennemis d’hier ont-ils pu se l’approprier ? Car aujourd’hui, le féminisme est partout, prétexte à vendre tout et n’importe quoi, des vibromasseurs aux chaussures de luxe en passant bien entendu par soi-même. L’auteure analyse de façon claire, vivante et concise les principaux points d’application d’un féminisme cheval de Troie du néolibéralisme : la consommation, la guerre, le rapport à soi et le marché du travail. Elle souligne qu’en dépit de leur diversité voire de leurs incohérences, les usages actuels du mot  » féminisme  » participent d’un processus global de marchandisation : les femmes doivent apprendre à  » valoriser leurs atouts « , considérer leur corps comme un ensemble de pièces détachées, devenir des mères idéales sans oublier d’aller se vendre sur le marché du travail ni de maîtriser à la perfection l’art de la sexualité. Après la femme-objet, voici la femme-marchandise ! Dans notre époque prétendument post-féministe, les femmes se trouvent donc enfermées, sous couvert d’émancipation, dans une nouvelle forme d’essentialisation et de servitude. En s’appuyant sur des exemples tirés du cinéma, de la philosophie, de l’actualité, de la pornographie et des luttes féministes d’hier et d’aujourd’hui, ce livre montre que l’unidimensionnalité n’est pas une fatalité pour les femmes, et que le combat féministe se trouve non pas derrière nous, mais devant nous.

 

Nina Power enseigne la philosophie à l’université de Roehampton. Elle est spécialiste d’Alain Badiou, dont elle a traduit et édité plusieurs livres en anglais.

Informations complémentaires

Poids 2 kg

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La femme unidimensionnelle”