L’autonomie, axe de la résistance zapatiste

CHF 15.20

Bernal, Raul Ornelas

Catégories : ,

Description

« Amené à me promener – ni solitaire ni contemplatif – parmi les zapatistes du Chiapas, j’ai eu la faveur de saisir au hasard de mes déambulations quelques paroles et quelques bribes de vie qui m’ont paru de nature à susciter l’intérêt. J’ai été très touché par ces “sans-figure” qui, en résistant à toutes les formes de pouvoir, en s’organisant par eux-mêmes et en pratiquant l’autonomie, sont en train de rendre à l’humanité son vrai visage.

J’ai perçu dans ces communautés paysannes indigènes, qui comptent parmi les plus pauvres du Mexique, un mouvement d’affranchissement, à la fois intense et lent, où s’esquisse une réalité que je n’ai observée nulle part ailleurs : une démocratie directe fondée sur ce progrès humain qui, dans le monde entier, est contrefait, dénaturé, paralysé, battu en brèche parce qu’il se trouve supplanté, submergé, étouffé par le progrès de la marchandise et de sa mise en scène humanitaire. »
Raoul Vaneigem

Cet essai (écrit fin 2003 au Mexique et publié en 2004 en Argentine) de Raúl Ornelas Bernal éclaire et complète le Calendrier de la résistance. Donnant au processus social en cours au Chiapas, du soulèvement armé à la naissance des Caracoles, sa dimension historique dans la perspective ouverte par le mouvement paysan insurgé makhnoviste d’Ukraine et les collectivités agricoles d’Aragon, cette étude entreprend l’analyse de la pratique des communautés zapatistes et en constitue, en une centaine de pages, une excellente synthèse.

Dans la dernière partie du livre, « L’Autre Campagne : hypothèse plébéienne », l’auteur donne une suite (écrite en avril 2007) à ses réflexions pour l’édition française de cet essai. Il analyse, sans s’interdire la critique, la nouvelle stratégie zapatiste hors du Chiapas, qui se met en place à partir de juin 2005, avec la « Sixième Déclaration de la forêt Lacandone », et avec l’Autre Campagne, mouvement social lancé par le « délégué Zéro » (Marcos) en janvier 2006.

Raúl Ornelas Bernal, né le 29 avril 1962 à Mexico, a vécu cinq ans à Paris, où il a soutenu, en 2000, sa thèse de doctorat en économie mondiale à l’université Paris-X Nanterre. Il est chercheur en économie à l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM).