Les monades urbaines

CHF 16.50

Silverberg, Robert

Catégorie :

Description

Dans un monde futuriste, en 2381, les hommes sont libérés des anciens fléaux de la famine et de la surpopulation. Cette nouvelle civilisation, où il est permis de tout faire, baigne apparemment dans le bonheur. Il y règne un pandémonium sexuel sans tabou, et un culte de la fertilité. D’un autre côté, la création, l’imagination et l’individualité sont considérés comme une dangereuse rébellion. Les hommes vivent dans des immeubles avec un millier d’étages, les « Monades », dans lesquels l’altitude détermine le niveau social. Plus on est haut, plus on est favorisé. Ces immeubles sont divisés en cités de 40 étages, baptisées aux noms des anciennes villes du XXe siècle, comme Shanghai ou Chicago. Le livre est structuré en huit nouvelles qui sont autant de tranches de vie dont les protagonistes se croisent et se recroisent. A leurs côtés, le lecteur explore les hauteurs et les profondeurs de ce monde vertical, étrange et pourtant bien familier. Tout s’accélère ou plutôt se précipite quand Siegmund, le citoyen le plus intégré qui soit (à peine 15 ans et déjà presque à l’étage Louisville, un modèle de fertilité et d’ascension sociale), connaît une  » défaillance  » suite à une descente dans les bas étages. Cette  » Descente aux Enfers  » provoque en lui une prise de conscience fatale. Bientôt, la farce vire au tragique. Le retournement de cette situation de bonheur prétendu à une vision de cauchemar se fait par le truchement des divers personnages, les uns étant des victimes évidentes du système, les autres des piliers de la société.

Le thème est celui, classique, des romans d’anticipation, et l’auteur lui donne une forme littéraire achevée, maniant avec aisance les points de vue narratifs de tous ses personnages. Un petit bijou de science-fiction dans lequel Silverberg peint dans le moindre détail un monde de l’avenir, séduisant, terrifiant, et pourtant si vraisemblable.