Ni parlement ni syndicats : les conseils ouvriers

CHF 26.90

Collectif

Catégorie :

Description

 » Anéantir la totalité de l’appareil d’Etat avec son armée, sa police, ses geôliers et ses juges, avec ses curés et ses bureaucrates, voilà la première tâche de la révolution prolétarienne « . Ce programme net sans ambages était celui du Parti communiste ouvrier d’Allemagne (KAPD), en ces année de 1918 à 1923, où l’on put croire que ce pays allait suivre l’exemple russe de 1917 et assurer ainsi le triomphe de la révolution mondiale. Ses militants, qualifiés de  » gauchistes  » par Lénine, avalent leurs conceptions propres (antiparlementaristes et antisyndicalistes) qui les séparaient tant des bolcheviks autoritaires spartakistes indécis, et, plus tard, de la PC officiel, bien vite inféodée à Moscou. Les auteurs des textes et discours ici reproduits sont pour la plupart tombés dans l’oubli. A l’exception peut-être du psychologue Otto Rühle ; des futurs « nationaux-bolcheviks  » Laufenberg et Wolffhieim, dirigeants de la révolution de 1918 à Hambourg ; du poète hollandais Gorter ; de l’astronome, théoricien des conseils ouvriers, Anton Pannekoek ; ou enfin de Franz Pfemfert, directeur du journal expressionniste Die Aktion.

Informations complémentaires

Poids 2 kg

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Ni parlement ni syndicats : les conseils ouvriers”