OMC, AGCS, vers la privatisation de la société

Weber, Louis

Description

L’organisation mondiale du commerce (OMC) voudrait soumettre toutes les activités humaines à la logique marchande. Parmi les outils dont elle dispose à cette fin, l’accord général sur le commerce des services (AGCS) est un des plus puissants. L’objectif affirmé est d’aller progressivement, à travers des négociations périodiques, vers le libre-échange des services, dans une perspective totalement néolibérale. Aucun de ces services n’est exclu a priori, comme le répètent à l’envi les textes de l’OMC. L’AGCS menace donc directement les protections qui existent dans tous les pays pour soustraire à la loi du marché des services essentiels comme l’éducation, la culture ou la santé, et plus généralement ceux que l’on appelle les biens publics. Qu’en est-il après l’échec de la Conférence ministérielle de l’OMC à Cancún récemment ? L’OMC est-elle durablement affaiblie ? Où en sont les négociations sur la libéralisation du commerce des services ? Pourquoi et dans quelle mesure les services publics sont-ils la cible des libéraux ? Quelles sont les lignes de résistance construites au cours des dernières années par le mouvement altermondialiste ? Quelles propositions alternatives fait-il ?

Ce livre aborde l’ensemble de ces questions à partir d’une documentation très complète. Il contient de nombreuses annexes, dont – c’est une première – le texte de l’AGCS lui-même. Sans rien enlever à la capacité de nuisance de l’OMC et des accords qu’elle administre, il met cependant en garde contre une analyse unilatérale qui sous-estimerait les effets propres des politiques néolibérales menées par les gouvernements dans chaque pays.

Informations complémentaires

Poids 2 kg

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “OMC, AGCS, vers la privatisation de la société”