Quelle place des anarchistes dans le monde du travail

CHF 15.50

Collectif

Description

“Dans l’œuvre revendicatrice quotidienne, le syndicalisme poursuit la coordination des efforts ouvriers [..] par la réalisation d’améliorations immédiates [..] Mais cette besogne n’est qu’un côté de l’œuvre du syndicalisme : d’une part il prépare l’émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l’expropriation capitaliste, et d’autre part, il préconise comme moyen d’action la grève générale et il considère que le syndicat, aujourd’hui groupement de résistance, sera, dans l’avenir, le groupe de production et de répartition, base de réorganisation sociale.“

La Charte d’Amiens, fondement du syndicalisme révolutionnaire sert aujourd’hui encore de référence à la plupart des organisations syndicales françaises, qui se gardent bien pourtant de la mettre en pratique ! Plus d’un siècle après, si l’organisation du travail et son corollaire, l’exploitation capitaliste, ont considérablement changé sur la forme, le fond reste le même : la propriété privée des moyens de production garantit les bénéfices des actionnaires des grands groupes multinationaux. Pour sa part, l’Etat reste l’outil de régulation et de répression des rapports sociaux dans l’intérêt de la classe politique et économique dirigeante. La lutte des classes est donc toujours d’actualité ! Le paysage syndical français a fortement changé : bien que divisées, les confédérations évoluent vers un syndicalisme intégré, co-législateur et cogestionnaire. Mais des syndicats de lutte (CNT, SUD, sections syndicales combatives de confédérations), émergent aussi, tout en restant très minoritaires. De plus, la lutte anti-CPE du printemps 2006 et les révoltes des banlieues de l’automne 2005 interpellent les militants révolutionnaires. Pour que l’action syndicale reprenne sens dans la perspective émancipatrice de la Charte d’Amiens, les anarchistes ont un grand rôle à jouer dans le monde du travail. Au-delà du syndicalisme, c’est dans l’ensemble des luttes sociales (sans-papiers, mouvement des chômeurs, comités de quartier…) que les libertaires s’investissent quotidiennement. La spécificité de l’analyse libertaire questionne également les rapports de production et la nature du travail en tant que tel. Face au renforcement de l’Etat sécuritaire, aux dégradations environnementales et à la diminution générale du coût du travail, les anarchistes portent toujours l’espoir d’une autre société où nous travaillerons tous, moins et autrement, avec comme finalité le bien-être et la liberté communs. Les textes de ce livre, regards croisés de militants libertaires d’aujourd’hui, s’attachent à en démontrer à la fois la faisabilité et la nécessité !

Informations complémentaires

Poids 2 kg

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Quelle place des anarchistes dans le monde du travail”