Questions féministes 1977-1980

CHF 63.90

Collectif

Catégorie :

Description

Il existe un double intérêt à republier les 8 numéros de la revue Questions féministes, parus entre 1977 et 1980. Le premier intérêt est historique. Aujourd’hui, les études sur le genre sont devenues monnaie courante et le CNRS a tenu une conférence officielle sur ce thème au printemps 2010. Il a aussi émis le voeu que ce domaine de recherches soit renforcé, et a reconnu que la France avait un grand retard en la matière. Questions féministes a joué en ce domaine un rôle précurseur : c’est la première revue de ce qui ne s’appelait pas encore études féministes, encore moins études sur le genre, car ce mot était inconnu. Cette revue a été fondée par des universitaires, en majorité chercheuses au CNRS, et bien qu’elle n’ait pas bénéficié d’un soutien institutionnel, elle a néanmoins ouvert la voie de ces études : d’un nouveau domaine de recherche, aujourd’hui établi. D’autres revues se sont créées par la suite, mais pas avant les années 1990. L’autre intérêt historique est qu’à sa suite a été créée Nouvelles Questions féministes, en 1981, et que celle-ci existe encore aujourd’hui : la première des revues d’études féministes est aussi la plus ancienne, et la plus prestigieuse. L’autre intérêt est scientifique : en effet c’est dans Questions féministes qu’ont été publiés des articles qui sont devenus, dès leur publication, soit au fil du temps, des classiques sur lesquels s’appuie en grande partie la formation théorique des étudiant. es d’aujourd’hui dans ce domaine, en France, mais aussi en Suisse, en Belgique, et au Québec. Or si certains de ces articles ont été republiés dans des recueils réunis par leurs auteures, d’autres restent difficilement trouvables, bien qu’ils jouissent d’une grande réputation. Il est clair que les deux intérêts se rejoignent : le contenu de la revue fait partie du corpus du champ d’études, et fait en même temps partie de son histoire ; mieux, il est à l’origine de son histoire.

Les numéros de cette revue sont quasiment inaccessibles car les bibliothèques universitaires ne les achetaient pas ; on ne peut les trouver qu’à la Bibliothèque Marguerite Durand, et à la BNF, toutes deux à Paris, et nulle part en province. Toutes ces raisons font qu’il est nécessaire de remettre ces textes à la disposition des lectrices et des lecteurs….