Rip it up and start again

CHF 42.00

Reynolds, Simon

Rupture de stock

Catégorie :

Description

Rip It Up and Start Again (“Déchire tout et recommence”) raconte l’histoire de la musique “post-punk” entre 1978 et 1984, soit de la séparation des Sex Pistols à l’explosion de mtv. Ce sont des artistes comme PiL, Devo, Joy Division, Talking Heads, Gang of Four ou Cabaret Voltaire. C’est l’histoire d’une Angleterre où émerge, après la tornade punk de 1977, une multitude de groupes qui veulent à tout prix s’écarter du chemin “rétro-rock” pour s’ouvrir aux musiques noires et électroniques. C’est aussi l’histoire de villes américaines en résistance, New-York, San Francisco ou Cleveland, où les musiciens viennent souvent des milieux artistiques d’avant-garde et envisagent leur travail comme un instrument de lutte contre l’idéologie culturelle et esthétique qui domine leur pays. Des groupes qui, des deux côtés de l’Atlantique, jouent le jeu de l’expérimentation sonore, graphique, vestimentaire, théorique, voire économique lorsqu’ils en viennent à prendre un virage pop. C’est d’ailleurs autour de ce crucial problème du “compromis” commercial que s’articule Rip It Up and Start Again. La première partie, intitulée “Post-Punk”, retrace l’itinéraire de groupes adeptes d’innovation radicale, mais aussi des labels indépendants, tel l’emblématique Rough Trade, avec des producteurs aussi géniaux et furieux que Martin Hannett (Factory Records) ou encore Brian Eno. La deuxième analyse, la “New Pop”, avec des groupes tels que Madness, Human League, Siouxsie & The Banshees, New Order ou Frankie Goes To Hollywood, qui s’orientent vers des sphères moins austères, plus dansantes ou plus spectaculaires. Mais, au-delà du passionnant récit qu’il constitue, l’ouvrage procède également à une subtile contre-expertise de l’histoire du rock livrée par la vulgate. Et si les principes d’autogestion et de liberté créative préconisés par le punk avaient été mieux intégrés par les non-punks et les punks “dissidents” que par les punks officiels ? Et si la véritable résistance culturelle passait plutôt par l’infiltration et l’ambiguïté que par l’agression directe et l’opposition systématique ?

Rip It Up and Start Again constitue le premier document exhaustif sur une des périodes (si ce n’est la période) les plus riches et excitantes de l’histoire du rock, bien au-delà des tubes pour minets et de quelques succès éphémères. Il s’agit d’un ouvrage de référence pour repenser un rock qui s’épuise à force de se parodier.

Informations complémentaires

Poids 4 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Rip it up and start again”