Troisième nuit de Walpurgis

CHF 45.50

Kraus, Karl

Catégories : ,

Description

Analyse des conditions de l’installation du nazisme dans les esprits, La Troisième Nuit de Walpurgis a été rédigée entre mai et septembre 1933. Livre dense et labyrinthique, il investit tous les registres de la syntaxe et de la grammaire pour débusquer les responsabilités :  » Rien à dire sur Hitler « , commence l’enquête de Karl Kraus. mais tant de choses sur les intellectuels de tous bords qui, des plus éminents comme Heidegger à la tribu de la  » journaille « , ont accepté sans difficulté et même demandé le sacrifice de l’intellect, préparant librement le terrain à l’ensevelissement de l’humanité.  » Être en mesure de saisir le mal du monde dans son rebut, percevoir chaque fois sur la surface la plus anodine la fin dernière de l’humanité souffrante, un tel état d’esprit serait-il donc privé de la première possibilité de défense consistant à mettre en lisière l’hypertrophie de ce que déjà il a vu et stigmatisé ? Dans tout le cours de ma non-activité, je me suis servi de la presse – où je suis allé chercher toutes les preuves contre une existence qu’elle a corrompue – et je conserve des centaines de milliers de documents sur sa responsabilité directe ou indirecte : les dernières choses parues, autant capables de donner une image de toute la déformation de l’époque que les commentaires bien mûris en forme de gloses. Mais si je suis parvenu à supporter le cauchemar de cette brûlante actualité faite d’actions et de comptes-rendus, de cette assimilation aux allures de fin dernière qui mêle déclin et renouveau, du plus sanglant succès de l’art oratoire jamais promu au rang d’histoire mondiale – serais-je pour autant à la hauteur de la matière ? Même si elle ne paralysait pas le désir de mise en forme mais lui donnait au contraire des ailes, comment serait-il capable de maîtriser l’abondance de formes de cette troisième nuit de Walpurgis ? Comment l’étonnement ressenti face à ce renouveau qui détruit des concepts de base avec la force élémentaire d’une peste du cerveau (comme si les bombes bactériologiques étaient déjà larguées par les avions les plus modernes) pourrait-il donner du courage à celui qui est sans voix et perçoit ici le visage du monde qui s’est pris au mot ? Alentour rien que stupeur, sidération face à l’envoûtant prodige d’une idée qui consiste à n’en avoir aucune. Face à ce coup de boutoir qui a pris tout droit le chemin n’allant de rien à nulle part. Alentour rien que l’étonnement face au prodige d’une réalité étatique engendrée par l’ivresse jusqu’au dernier paragraphe, avec une économie nationale alimentée par le boycott des Juifs. Je me demande comment une telle présomption ne devrait pas déprimer ce qui reste encore de détermination intellectuelle dans un esprit et n’a pas été totalement laminé par l’épuisement des années de guerre et d’après-guerre.  » …