Vers une enfance majeure

CHF 23.80

Fourier, Charles

Catégorie :

Description

 » J’ignore quels buts se propose l’éducation civilisée, je n’en ai guère lu les traités, mais à en juger par le résultat, le premier et le plus général chez les enfants civilisés, est qu’ils n’usent de leur liberté que pour commettre toutes sortes de dégâts, s’exciter l’un l’autre à la malice et la malfaisance, à tel point qu’une troupe d’enfants qu’on laisserait en pleine liberté, sans crainte des châtiments, finirait par se donner le délassement de néron, incendier une ville.  »
Ce n’est pas au lendemain des  » émeutes  » de novembre 2005 que ces lignes ont été écrites, mais il y a près de deux siècles, en 1821, par Charles Fourier. Loin du ton de menace ou de lamentation de nos politiques et de nos pédagogues, elles débouchent sur une mise en cause directe, ferme et humoristique à la fois, de la  » civilisation  » c’est-à-dire de la société et de son système éducatif. La violence des enfants et notre désarroi devant elle ont une même source : dans un ordre  » subversif « , celui de la société industrielle et marchande. les textes de ce recueil, réquisitoire mordant et passionné contre les contraintes imposées à l’enfant et à ses passions, indiquent la voie de la raison : libérer les impulsions et attractions spontanées, et les orienter en vue du bien commun.  » ni père, ni maître « , telle pourrait être la formule de cette éducation harmonienne.